Je l'aime mais j'ai envie d'un(e) autre

Dans la société actuelle, un couple sur trois divorce ou se sépare. Et la principale raison à cela est l'adultère.

On peut donc en déduire qu'en dépit de la banalisation de ce dernier, la fidélité reste un des fondements du couple qui dure.




Peux t'on trouver le bonheur dans la monogamie ?


Tout à fait. Certains peuvent être heureux toute une vie durant. Ils ont su construire une relation, et la faire évoluer. Le tableau classique idyllique même pourrait- on dire.  


Mais derrière cela, il y a de plus en plus de personnes infidèles, qui ont des amants ou des maîtresses en cachette. Ceux-ci sont plus attachés aux mensonges et à l'hypocrisie, qu'à la fidélité.


"On peut tout faire, du moment que cela ne se sait pas", voici une devise que j'entends trop fréquemment lors des séances et, qui montre que ce n'est pas l'infidélité qui choque, mais la franchise.




Mais, est ce possible d'avoir envie d'un(e) autre, tout en étant amoureux(euse) de son conjoint ?


Pour certains individus, désirer une personne n'empêche pas forcément d'être amoureux de son (sa) partenaire.


Mais l'institution du mariage a encré l'exclusivité comme norme sociale au sein des couples.

En effet, quand on se marie, on se jure fidélité. Et quand la tromperie entre en jeu, on arrive au divorce généralement. Ce contrat d'exclusivité est aujourd'hui appliqué par de nombreux ménages, mariés ou non. La notion de loyauté étant primordiale pour eux.


L'infidélité ou l'envie d'infidélité est donc généralement analysée comme le symptôme d'un binôme exclusif qui va mal.

Les "Crush" sur d'autres personnes sont bien souvent tabous et sont synonyme de culpabilité.

L'exclusivité sexuelle étant la preuve d'amour par excellence.


Pour d'autres personnalités, le monopole érotique n'est pas obligatoire pour former un couple.

Ces derniers s'autorisent mutuellement à avoir d'autres partenaires.



De nombreuses personnes pensent qu'en restant dans une relation exclusive, on a la responsabilité de satisfaire l'entière vie sexuelle de son (sa) partenaire.

Pour rappel, dans toute relation exclusive ou autre, on ne doit du sexe à personne. Le devoir conjugal étant souvent une excuse au viol conjugal.

Mais cela reste vrai en relation libre. Si l'un des partenaires a un besoin plus important sexuel que l'autre, le couple pourra trouver cette solution pour avancer. Avec bien évidement l'accord de son (sa) partenaire.


Dans tous les cas, chacun de ces types de relations demande aux individus d’être pleinement conscient et éclairé sur le sujet. Cela demande à ce que le couple ait été clair et se soit mis d’accord à ce sujet au début de la relation (ou avant celle-ci).


Relation libre: Couple ouvert, Polyamour, SexFriends, Libertinage, ... qu'est ce que c'est réellement ?


Le terme "Relation libre" est très général et me permet d’englober toutes les formes de relations.


* Le Couple Libre ou Couple ouvert


C’est un cadre dans lequel les partenaires s'accordent sur le fait d'aller chercher des "remplaçants sexuels" en-dehors des frontières du couple, mais ne sont en couple qu’avec leur conjoint. Les relations sexuelles sont permises mais pas les relations affectives.


Le principal avantage est qu'on n'a moins de risque de tromper son (sa) partenaire.

Mais néanmoins, il faudra établir un "contrat".


Comme par exemple :

  • Avec qui ? (Inconnus, Amis(es), Ex, Collègues, Membres de la famille, ...)

  • Certaines pratiques restent réservées au couple ou pas ? (bisous, sexe oral, ...)

  • Avant le passage à l'acte, l'autre doit être informé ou seulement après ?

  • Doit on tout raconter en détail ?

  • A t'on le droit de revoir les personnes après ?

  • Interdiction de coucher plus d’une fois avec le même partenaire ou pas ?

Et oui, être un couple libre, ne veut pas dire faire n'importe quoi.

On peut aussi tromper son partenaire, si on rompt le contrat en n'étant pas transparent avec l'autre.


Il ne faut jamais ouvrir son duo pour faire plaisir à l'autre ou avec la peur de perdre son compagnon / sa compagne. Car sur le long terme cela vous fera souffrir, et le sentiment de jalousie vous détruira.


Pour être un couple libre, il faut être sûr de soi et autant communiquer !


De même pour les plans à 3, à 4, ou plus ....




* Le Polyamour, Amours plurielles


Etre polyamoureux, c’est se laisser la possibilité de vivre d’autres histoires, en plaçant l’honnêteté au centre de tout. Un nouvel amour ne signifie pas la fin d’un autre, il vient simplement s’y ajouter et chacun des protagonistes est au courant de l’existence des autres.

Dans le polyamour il y a, oui des règles à respecter, et des limites à ne pas dépasser. C'est le genre de choses qui se fait à trois. La première règle étant d’être honnête envers soi et envers les autres mais aussi d’être au clair avec ses désirs. Le fait que ces bases soient posées dès le départ, pour chacun, facilite l’édification d’une relation épanouissante à trois. Et parfois, le polyamour s’installe dans la durée : des enfants naissent, d’autres histoires s’additionnent





* Le Libertinage


À la différence des polyamoureux, les libertins restent exclusifs en amour. Ils s’autorisent des pratiques sexuelles incluant d’autres partenaires comme le mélangisme, l’échangisme, le voyeurisme, le candaulisme … Certaines personnes se définissent vraiment comme libertin. Pour eux c’est un état d’esprit, un mode de relation à part entière. Alors que d’autres (monogames ou polyamoureux) incluent simplement ces pratiques dans leurs sexualités.




* Les « Sex-friends » ou « Plans cul »


Il s’agit de relations basées sur le sexe, avec parfois un certain degré d’amitié, de complicité mais excluant les sentiments amoureux. Elles sont acceptées en célibataire, en polyamour et en libertinage mais interdites en monogamie.




À chacun ses pratiques, ses envies. Mais n'oubliez pas que la clé de toute relation harmonieuse reste la communication.