L'Éjaculation prématurée : Gérer son excitation, garder le contrôle, ça s'apprend !






Trouble sexuel masculin le plus fréquent, l'éjaculation prématurée touche 1 homme sur 3 au cours de sa vie, quel que soit son âge.



Qu'est-ce que l'éjaculation prématurée ?


L'éjaculation prématurée se définit comme un trouble sexuel persistant ou répété (depuis au moins 3 mois et à chaque rapport) lors de stimulations sexuelles minimes. En effet, l'homme éjacule trop tôt, sans pouvoir contrôler son orgasme. Son éjaculation survenant (entre 15 secondes à 2 minutes) soit avant, pendant, ou juste après la pénétration et sans que l’un ou l’autre des partenaires ne le souhaite.


On peut la caractériser comme :

  • Primaire, si elle a toujours été présente à chaque rapport, peu importe la partenaire et ce depuis les premières relations sexuelles.

  • Secondaire, si elle survient après une période sans difficulté

  • Subjective, si le délai éjaculatoire est normal mais que la personne pense à tort être éjaculateur précoce.

  • Variable, quand elle alterne avec des périodes éjaculatoires normales

  • Émotionnelle, quand elle survient dès que le partenaire montre des signes d’excitation

  • Liée à un dysfonctionnement érectile, si la personne se dépêche d’éjaculer avant d’avoir une érection, ou si il n’arrive pas à avoir une érection



A quoi est ce dû ?


Les causes peuvent être psychologiques et émotionnelles, comportementales, génétiques ou encore, neurobiologiques. Mais de nombreux spécialistes pensent qu'elle résulte exclusivement de l’anxiété ou de causes psychologiques.

Les causes psychologiques et émotionnelles:

Dans le cas d’une éjaculation secondaire, subjective, variable, émotionnelle ou encore, liée à un dysfonctionnement érectile, il se peut que les raisons viennent de facteurs psychologiques et émotionnels :

  • Anxiété et/ou stress (liés au contexte ou à la performance, qui elle-même provoque une angoisse ce qui aggrave davantage l'éjaculation prématurée)

  • Peur de ne pas satisfaire la/le partenaire

  • Problèmes au sein du couple

  • Traumatisme(s)

  • Troubles psychologiques passagers

  • Manque d’estime de soi

Il se peut aussi que le patient soit convaincu d’être éjaculateur précoce, alors qu’il a un rythme éjaculatoire tout à fait normal. Ici, c’est donc toute la psychologie qui est en cause.



Les causes comportementales:

Le souci peut également être lié à des causes comportementales, des mauvaises ou de nouvelles habitudes :

  • Premiers rapports avec un nouveau partenaire,

  • Ne pas avoir beaucoup de rapports sexuels

  • Mauvaise éducation sexuelle (chercher à atteindre le plaisir dans la précipitation)

  • Mauvaise organisation du rapport sexuel (faire comme dans les films ou vidéos pornographiques)

En effet, la consommation de films/vidéos pornographiques met l’idée dans la tête des hommes qu’un bon rapport sexuel doit durer 30 minutes ou plus.

Sachez Messieurs qu'un coït de 10 minutes ou plus, sans variante, est trop long, et que cela peut entraîner des douleurs, de l' ennui ou des brûlures chez votre partenaire


En d’autres termes, la durée d’un rapport sexuel ne se calcule ni en minutes ni en heures, mais plutôt en sensation et satisfaction de soi et de son/sa partenaire.


Les causes biologiques ou génétiques :

Dans certains cas, notamment dans le cas d’une éjaculation prématurée primaire, ou liée à un dysfonctionnement érectile, les causes du problème peuvent être biologiques ou génétiques :

  • Hypersensibilité du gland

  • Facteur héréditaire

  • Hypersensibilité des récepteurs nerveux de la sérotonine

  • Problème de circulation sanguine

  • Hypersensibilité du réflexe éjaculatoire

  • Certains troubles plus importants comme un problème de thyroïde, une inflammation de la prostate ou une maladie neurologique.



Conséquences et impacts


Un éjaculateur prématuré peut s'enfermer dans un cercle vicieux et se replier sur lui-même. Cela aura des conséquences négatives sur son estime de soi et sur son identité masculine, avec frustration, détresse, et évitement de la sexualité en couple.




Solutions

L'éjaculation prématurée est complètement réversible, des techniques/exercices permettent d’améliorer cette problématique.

Cependant elles demandent : un réel investissement de l’homme (et de sa compagne ou son compagnon) ; une réelle volonté de s’en sortir et une motivation forte.


Il faut garder en tête que cela passera par la persévérance et la motivation .

Et surtout, ne pas se décourager lors d'éventuels moments de déception. L'évolution se faisant bien souvent en "dents-de-scie" ( avec des hauts et des bas).


L’accompagnement par un professionnel dans ce domaine (un sexologue) est recommandé afin de mettre en place un travail mental pour reprendre confiance en soi.


En attendant, il existe de nombreux moyens de passer à l'acte qui ne nécessitent pas de pénétration et qui donc libèrent les partenaires du stress de ne pas pouvoir assurer une pénétration qui répond à leur attente ou à leur idée de l’acte sexuel ( la fellation, le cunnilingus, l’anulingus, les massages, les caresses, la masturbation réciproque, ...)


N'oubliez pas que l’acte sexuel est avant tout un moment d’intimité, de relaxation, de tendresse et de partage. Nul besoin de rendre ce moment anxiogène en voulant à tout prix se conformer à un modèle.


Petit secret: Messieurs, sachez qu'être éjaculateur précoce n’est pas si grave si vous vous assurez de combler sexuellement votre partenaire.

Le réel problème ne vient donc pas du fait que vous éjaculez trop vite, mais plutôt, que vous ne soyez pas concentré sur les autres manières de donner du plaisir à votre partenaire.

Votre pénis n’est pas la seule partie de votre corps pouvant donner du plaisir.

Pensez à utiliser vos mains ou votre langue, plutôt que de ne penser qu'à la pénétration !

Et n'oubliez pas la sollicitation du clitoris !!